Skip links
Published on: Entretiens

Simon Delaunay, Co-fondateur Put-in Tours

Parole de dirigeant à l’international

Les clés d’une réussite business en Russie

Simon Delaunay, Co-fondateur Put-in Tours

« Plus qu’une expérience fantastique, la Russie est une aventure ! »

En 2015, Simon Delaunay découvre Moscou lors d’une mission professionnelle pour son employeur. Deux ans plus tard, fin décembre 2017, il décide de s’y installer pour y fonder l’entreprise Put-in Tours

Quelques faits

2016 : Début des voyages A/R en Russie pour analyser le marché

2017 : Installation à Moscou

2018 : Put-in Tours – Co-fondateur et co-gérant

2019 : 1700+ clients ont découvert Moscou à bord des 4 vans militaires soviétiques emblématiques de Put-in Tours

Mail : contact@putintours.com
Site : https://putintours.com
Instagram : @put_in_tours
Facebook : facebook.com/put.in.tours 

Entretien mené par Antoine Leygonie-Fialko
Dialogue ouvert 
puis séance d’Executive Coaching
selon la méthode de CO-CREATiVE Communication®

J’ai rencontré Simon, il y a 2 ans, lors d’un dîner organisé par le RED (Réseau Entrepreneur Développement de Moscou) dont il est devenu le président en 2020. Dès notre première rencontre, j’ai été frappé par le caractère qui émanait de Simon : un mélange de sérénité souriante et de résolution entrepreneuriale. Je vous invite à découvrir le fruit de sa détermination…

« La Russie, ce n’est pas du tout ce que je pensais »

Simon, quel est l’objectif de Put-in Tours ?

Put-in Tours propose des excursions et des activités pour découvrir la culture russe de manière originale. Les excursions se déroulent à bord de vieux vans soviétiques militaires, modèle UAZ-452. Nous proposons 8 activités et tours différents pour la ville de Moscou et 4 pour Saint-Pétersbourg. Chacun dure de deux heures à une journée complète.

Pour faire tomber les stéréotypes, notre idée est de mettre en contact nos clients avec des Russes dans des situations authentiques et/ou originales. Pour cela, nous jouons avec les idées reçues, comme par exemple dans notre fameuse excursion « Tank et bazooka » où nos clients discutent directement avec des ex-militaires russes. Nous proposons également des sorties culturelles, comme une visite nocturne du monastère Saint-Pierre-le-haut suivie d’un dîner typiquement russe dans le réfectoire privé des moines. Dans un autre registre, nous proposons aussi le « Barathon » : une tournée des bars moscovites pour découvrir la vie nocturne de la capitale.

À l’issue d’une excursion avec Put-in Tours, nos clients disent souvent : « La Russie, ce n’est pas du tout ce que je pensais ». Cette prise de conscience, c’est exactement l’objectif que nous visons.

Qui sont vos clients ?

Nos clients sont principalement des touristes étrangers. Un quart de nos clients sont français. Nous avons aussi beaucoup d’Anglo-saxons (Américains, Australiens), d’Européens de l’Ouest (surtout Allemands) et de plus en plus de Sud-Américains. Une bonne partie d’entre eux sont en Russie pour des raisons professionnelles. Ils s’ennuient dans leurs hôtels et veulent découvrir la ville. Alors, c’est nous qu’ils appellent.

Comment vous faites-vous connaître de vos clients ?

L’acquisition de clients s’effectue soit par internet, car nous avons un site qui fonctionne bien, soit par l’intermédiaire de partenaires en ligne ou hors ligne. Par exemple, nous travaillons avec Tripadvisor, chez qui nous sommes classés à la 1e place, ce qui nous permet d’attirer la clientèle anglo-saxonne. Nous sommes également très bien notés sur le site GetYourGuide qui touche de nombreux clients d’Europe de l’Ouest. Enfin, localement, nous sommes en partenariat avec l’agence Tsar Voyages.

©photo : Isabelle Touyarou

« Pour tirer notre épingle du jeu, nous proposons un produit original »

Quels sont vos concurrents sur ce marché ?

Nous avons peu de concurrents directs car nos produits sont généralement singuliers. Pourtant la concurrence indirecte se développe vite : entre 2017 et aujourd’hui, le nombre d’offres à Moscou sur Tripadvisor est passé de 200 à 650. Comme la plupart des offres concurrentes se ressemblent, pour tirer notre épingle du jeu, nous proposons un produit original. Parallèlement, nous proposons un partenariat aux entreprises proches de notre activité, comme Urban Adventures, plutôt que de subir une concurrence qui nous serait mutuellement nuisible. Aujourd’hui, seuls les tours « Barathon » (la tournée des bars) et « Tank et bazooka » ont des concurrents directs. Toutefois, nous sommes bien identifiés car, même si la thématique est identique, nos clients et notre service sont uniques.

Comment avez-vous créé puis développé votre activité en Russie ?

Quand je suis arrivé en Russie, je ne connaissais personne, je n’avais aucun réseau, je ne parlais pas russe, je ne savais pas comment les affaires se faisaient. Je me suis donc associé avec un partenaire russe, Sergey. Cette entreprise, nous l’avons montée ensemble. Pendant une année, nous n’étions que deux pour tout gérer. Sans lui, je n’aurais rien pu faire.

Aujourd’hui, nous sommes une équipe d’une dizaine de personnes : deux chauffeurs et sept guides freelance qui travaillent presque exclusivement pour nous. Ces personnes ne sont pas rattachées à l’entreprise mais elles évoluent avec nous. Actuellement, notre activité est à l’arrêt en raison du Covid. Certains collaborateurs ont développé des activités annexes, d’autres ont retrouvé un emploi, mais tous sont prêts à revenir travailler avec nous. Ça nous fait très plaisir !

Je souhaite également mentionner l’aide importante qui nous a été apportée par la communauté française au cours de notre développement, notamment Tsar Voyages avec qui nous avons un partenariat durable, Hugues Laurent à qui nous devons la quasi-totalité des magnifiques photos de notre site, Kamal Paris pour notre charte graphique, logos, supports de com, Le fond de l’œil pour nos travaux de création graphique, Fabrice Disdier et Dahbia Roux pour leurs conseils et précieuse aide, ainsi que de nombreuses autres personnes qui se reconnaitront.

©photo : Isabelle Touyarou

« En Russie, les obstacles arrivent tous les jours ! »

Simon, quels sont vos objectifs pour demain ?

Tout d’abord, nous voulons stabiliser au maximum notre activité actuelle. Ensuite, nous voulons adapter notre modèle moscovite au marché de Saint-Pétersbourg.

Enfin, nous souhaitons développer notre offre vers de nouvelles demandes. L’enterrement de vie de garçon, par exemple, prend beaucoup d’ampleur en Russie. Avec la généralisation des visas électroniques et des vols low-cost, les séjours en Russie sont de plus en plus faciles. Dorénavant, organiser un enterrement de vie de garçon à Moscou est simple et peu coûteux. C’est une opportunité pour nous car les activités de Put-in Tours s’adaptent très facilement à ce genre de weekend.

Quels peuvent être les obstacles à vos ambitions ?

Le premier obstacle, très clairement, c’est le Covid. À part celui-là, je n’en vois pas d’autres dignes d’inquiétude dans l’immédiat. Car en Russie, les obstacles arrivent tous les jours et nous les surmontons… Cela demande seulement flexibilité et capacité d’adaptation !

©photo : Isabelle Touyarou

 « L’erreur à éviter : vouloir aller trop vite sans prendre le temps de bâtir une relation sur le long terme »

Simon, quels conseils donneriez-vous à un Occidental qui souhaiterait entreprendre en Russie ?

En Russie, tout est allé très vite ces dernières années : il suffit de voir le développement récent de la ville de Moscou. Les Russes sont très compétents. Il ne faut pas, en arrivant en Russie, espérer trouver un pays qui n’attend que vous. Bien au contraire !

Avant de se lancer dans un business en Russie, la première chose à faire, c’est de travailler son concept en détail et vérifier que le PROJET est ADAPTÉ AU MARCHÉ RUSSE. Pour cela, il faut prendre le temps de comprendre le pays. Il faut réaliser une analyse de marché solide et bien définir la valeur ajoutée du concept par rapport à l’environnement concurrentiel.

Dans un deuxième temps, comme dans toute expatriation, il faut être prêt à rencontrer des difficultés importantes. Pour les surmonter plus facilement, il faut APPRENDRE LA LANGUE RUSSE car en Russie tout le monde ne parle pas anglais. Il ne s’agit pas de parler parfaitement, mais d’être rapidement capable d’échanger car c’est à partir de là que la Russie s’ouvre à vous.

Dans un troisième temps, il est important d’identifier les CODES DU BUSINESS en Russie afin que se construisent au mieux les relations avec les partenaires, les clients et les employés locaux. Pour cela, TROUVER UN PARTENAIRE RUSSE est un élément essentiel à la réussite d’un projet en Russie. En effet, pour assimiler rapidement la culture et les codes de ce pays, il faut CHERCHER À S’INTÉGRER par tous les moyens. Pour cela, partager une colocation avec des Russes peut être une bonne approche. Vous pouvez aussi sortir dans des bars ou des restaurants, aller à la rencontre de l’autre, partager des activités comme jouer au foot ou aller danser… En Russie, les réseaux sont très efficaces : une personne vous présente rapidement à son cercle d’amis. Je me souviens à mon arrivée avoir sympathisé avec 2-3 Russes et, en l’espace de deux semaines, j’en connaissais trente ! Cette rapidité d’ouverture à l’autre est l’un des avantages de la Russie qu’il faut savoir exploiter.

L’erreur à ne pas faire, c’est de vouloir aller trop vite sans prendre le temps de bâtir une relation sur le long terme. Le business en Russie, c’est d’abord du relationnel. Quand un Français arrive en Russie, il va lui falloir établir des relations fortes et même personnelles. Il devra développer des relations de confiance pour pouvoir se dire les choses avec franchise et honnêteté. Échanger d’égal à égal permettra de construire une relation gagnant-gagnant qui sera très appréciée par les Russes. Sans compter qu’un partenariat bénéfique aux deux parties permettra ensuite d’ouvrir de nombreuses portes.

Pour un entrepreneur qui arriverait en Russie, où trouver de l’information ?

Un entrepreneur français peut se tourner vers plusieurs associations françaises pour avoir un premier retour d’expérience :

Une fois son projet mieux défini, il peut s’adresser aux institutions comme la Chambre de commerce et d’industrie franco-russe (CCIFR).

L’objectif est d’y rencontrer des personnes qui ont déjà un pied dans le marché en Russie, avec des expériences variées en fonction de la date de création de l’entreprise, de sa taille, du secteur d’activité, ou même de l’âge du dirigeant…

« La Russie est le pays des extrêmes »

Le business en Russie, en une phrase ?

La Russie est le pays des extrêmes : il n’y a pas de juste milieu. C’est un pays incroyable, qui se développe très vite. Il y a plein de marchés, plein d’opportunités à glaner. Quand un projet fonctionne, c’est formidable, il peut croître très rapidement. En revanche, en cas de difficultés, la situation peut vite devenir un enfer. Il faut alors être très flexible et savoir rebondir immédiatement. C’est pourquoi, au final, la Russie est plus qu’une expérience fantastique, c’est une aventure !

©photo : Isabelle Touyarou

Regard sur une séance d’Executive Coaching selon la méthode CO-CREATiVE Communication®

Simon, un mot sur notre séance d’Executive Coaching ?

Autrefois, je pensais que le coaching n’était réservé qu’aux dirigeants des grandes entreprises. Puis, en travaillant avec vous, j’ai compris que le coaching était adapté aux entrepreneurs tels que moi, et que c’était même un excellent moyen pour se développer.
Vous avez été à mon écoute, d’une manière à la fois très professionnelle et bienveillante. Vous avez su m’aider à me remettre en question et à être plus créatif pour me permettre de trouver la solution à mon problème. Merci Antoine, « davaï » !

Propos recueillis par Antoine Leygonie-Fialko, transcrits et co-rédigés par Sophie Malac, illustrés par les photographies d’Isabelle Touyarou prises dans les locaux généreusement mis à disposition par l’entreprise SAFRAN.

ANTOINE LEYGONIE-FIALKO

International Executive Coach & Consultant, certifié ICF

Antoine Leygonie-Fialko est International Executive Coach & Consultant, certifié ICF, spécialisé dans l’accompagnement des dirigeants à l'international vers “une pensée Claire et Calme, Bienveillante et Puissante”.

Il est fondateur de la Co-CREATiVe Communication® et de la société CADRAN qui opère en Russie depuis 2015. Auparavant, il a dirigé 7 sociétés, de la start-up au corporate, en France et à l’international (Russie, Chine, Océan Indien, Afrique), dans diverses industries (bâtiment, internet, RH…).

Aujourd’hui, fort de plus de 1 500 heures d’Executive Coaching, il intervient auprès des dirigeants qui veulent développer la puissance qui sommeille en eux et dans leurs équipes. Il a le projet de compléter son offre en apportant son expertise comme board observer dans les entreprises implantées à l'international.

Mes derniers articles Me Connaître